• Le printemps des barbares Jonas Lüscher

    le printemps
     
    Editions Autrement
     

     

    Amateurs  "...d'histoires pleine de rebondissements incroyables, de périlleuses aventures et de tentations exotiques",

    ne passez surtout pas votre chemin, vous allez être servis!

     

    Voici un petit opus fort étrange, drôle et  cynique.

     

    Le printemps des barbares ou plutôt ...les tribulations d'un suisse allemand en Tunisie!

     

    C'est depuis une maison de repos ou un hôpital psychiatrique que Preising, riche héritier suisse industriel,  raconte à un autre patient une aventure des plus étonnantes survenue lors d'un voyage d'affaires en Tunisie.

     

    Preising n'a pas l'étoffe d'un aventurier, "veston de tweed et pantalon en velours côtelé bordeaux"  et lorsque son employé, fondé de pouvoir, l'envoie en vacances en Tunisie où se trouve Slim Malouch, un de leurs sous-traitants et propriétaire d' hôtels de luxe, Preising se laisse porter par les événements.

     

    En posant le pied là-bas, il va lui arriver des aventures incroyables sans que l'on sache vraiment s'il dit ou non la vérité.

    "Il était difficile de savoir si les anecdotes de Preising étaient vraies ou non, mais là n'était pas la question. L'important à ses yeux, c'était qu'il y eût une morale".

     

    Dans une oasis du désert tunisien, il rencontre un groupe de jeunes banquiers londoniens venus célébrer, dans une débauche de luxe, un mariage.

     

    Cette nuit-là, pendant la fête, l'économie londonienne s'effondre, la Grande-Bretagne déclare faillite.

    Et donc, lorsque les jeunes traders se réveillent, ils n'ont plus de travail ni moyens de paiement.

    C'est alors que les choses vont prendre une tournure barbare...

    L'hôtel où séjourne tout ce beau petit monde se transforme en vision apocalyptique!

     

    D'un côté, nous avons ce groupe de golden boys, persuadés que ce sont les rois du monde, qu'ils peuvent façonner le monde à leur image  et de l'autre,

     Preising, qui n'agit jamais et se contente d'être spectateur.

    Qui ne se voit pas comme quelqu'un qui pourrait changer le cours des  choses.

     

    Jonas Lüscher a placé ces gens issus d'horizons très différents au milieu du désert, dans une sorte de cadre expérimental, et décrit ainsi la confrontation de ces milieux.

     

    Un étonnant premier roman, une satire sur fond de crise économique qui décompose avec raillerie les imperfections humaines.

     

    A découvrir!

     

     

    Le printemps des barbares a reçu le prix Franz-Hessel en 2014.

    « Dans sa maison, un grand cerf DedieuLes loups à leur porte Jérémy FEL »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :