• Les îles aux pins Marion Poschmann

     

    Les îles aux pins  Marion Poschmann

    Editions Stock

    Collection La Cosmopolite

     

    Gilbert Silvester a rêvé que sa femme le trompait et c'est sur ce faux prétexte qu'il décide

    alors de s'envoler pour le Japon.

    Gilbert Silvester est un universitaire allemand, un modeste chercheur, barbologue,

    professionnellement largué,

    "contraint d'exécuter des travaux stupides et médiocrement rémunérés, qui lui étaient dictés par des gens qu'il méprisait du fond du coeur".

     

    Et à présent, il se voyait forcer par sa propre femme à se rendre au Japon!

     

    Du temps des samouraïs, ce pays reléguait ses intellectuels indésirables sur des îles lointaines, ou bien les forçait à faire seppuku, une forme barbare de suicide. Au point où il en était, il avait bien choisi sa destination”. 

     

    Arrivé sur place, inspiré par les récits de voyage du poète Japonais Matsuo Bashō et

    accompagné par Yuso, un étudiant suicidaire, il entreprend un pèlerinage, un voyage de

    nettoyage spirituel, qui peut-être lui rendra la raison.

     

    Il décide d'aller admirer la lune au-dessus des Iles aux Pins de Matsushima, un lieu

    prédestiné aux poèmes .

     

    Le Japon étant connu pour ses saisons très marquées et une culture où la nature est

    centrale, rien d’étonnant à ce que les passages entre saisons inspirent littérature et

    poésie.

     

    Les haïkus en sont le plus bel exemple.

     

    Selon les paroles de Bashō, un bon poème est un poème qui est capable de capter

    l’essence d’un moment, d’un instant de temps parmi tant d’autres, de notre âme et de la

    nature.

     

     Les étapes de leur périple les entraînent au pied du Mont Fuji, l'emblême du Japon, dans

    la Forêt d'Aokigahara, réputée pour être le théâtre funeste de nombreux suicides de

    Japonais et donc véritable capharnaüm de rubans et de cordes colorés.

     

    Ultime station de ce pèlerinage et but de leurs pérégrinations, les Iles aux Pins de

    Matsushima est sans conteste l’un des plus précieux trésors de la région. L’endroit se

     trouve être une baie dans laquelle sont disséminés environs 250 à 260 îles et îlots.

    Ces derniers sont couverts de pins, sculptés par les vents.

     

     Et au Japon, le pin passe pour être le lieu de la manifestation du divin.

     

    Entre chien et loup

    îles baignées par les vagues

    bruissement des pins”

     

     En accomplissant ces longues marches, ces chemins de transformation, Gilbert Silvester contemple un paysage absolument magnifique et dépaysant, découvre la tradition de la poésie japonaise et vit des rencontres mystiques.

     Face à ces pins majestueux, Gilbert Silvester devra désormais se montrer à leur hauteur et acquérir

    “une image de la sérénité de l'esprit face au flot éphémère des choses”.

     

    Un livre étonnant, qui peut dérouter mais dans lequel je me suis plongée naturellement, sans méfiance, sans préjugés.

     

    Il faut vraiment se laisser porter par les émotions, (elles sont nombreuses dans la Forêt des suicidés), imaginer les magnifiques paysages, rire des situations cocasses et absurdes et se laisser emporter par la poésie et la mélancolie.

     

    Je dois avouer que moi aussi, j'irai volontiers sur les traces de Matsuo Bashō et Gilbert Silvester à la découverte du Pays du Soleil-Levant.

     

     

    Merci aux éditions Stock de m'avoir permis de découvrir ce roman

    #NetGalleyFrance.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :