• Patients Grand Corps Malade

    ...de son vrai nom Fabien Marsaud.

    Grand Corps Malade.

    Un grand type aux yeux très clairs qui fait du slam.

     

     

    Editions Don Quichotte

     

    « Votre fils ne marchera plus »,

    voilà ce qu’ils ont dit à mes parents.


    "Alors j’ai découvert de l’intérieur un monde parallèle,
    Un monde où les gens te regardent avec gêne ou avec compassion,
    Un monde où être autonome devient un objectif irréel,
    Un monde qui existait sans que j’y fasse vraiment attention.


    Ce monde-là vit à son propre rythme et n’a pas les mêmes préoccupations,
    Les soucis ont une autre échelle et un moment banal peut être une très bonne occupation,
    Ce monde-là respire le même air mais pas tout le temps avec la même facilité,
    Il porte un nom qui fait peur ou qui dérange : les handicapés.


    On met du temps à accepter ce mot, c’est lui qui finit par s’imposer,
    La langue française a choisi ce terme, moi j’ai rien d’autre à proposer,
    Rappelle-toi juste que c’est pas une insulte, on avance tous sur le même chemin,
    Et tout le monde crie bien fort qu’un handicapé est d’abord un être humain".

                                                              GRAND CORPS MALADE

     

    Il y a une quinzaine d’années, en chahutant avec des amis,  Fabien, pas encore vingt ans, fait un plongeon dans une piscine.

    Il heurte le fond du bassin, dont l’eau n’est pas assez
    profonde, et se déplace les vertèbres.

    Bien qu’on lui annonce qu’il restera probablement paralysé à vie, il retrouve peu à peu l’usage de ses jambes après une année de rééducation.

     

    Il livre ici le récit de cette année de convalescence dans un centre de rééducation pour handicapés lourds.

    Il nous fait entrer dans ce monde méconnu qu'il découvre alors : l'immobilité totale, les soins quotidiens, les médecins et les infirmiers dont on est entièrement dépendant.

    Des histoires personnelles, émouvantes, parfois drôles, toujours instructives des autres patients qu’il côtoie.

     

    "Patients", une belle leçon de vie.

    Entre rire et larmes, apprendre à avancer, apprendre à être patient.

    Apprendre à aimer, à nouveau la vie.

     

     

    « AXEL BAUER Peaux de serpentsLes nuits mouvementées de l'escargot sauvage Elisabeth Tova Bailey »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :