• La vie qui m'attendait  Julien SANDREL

    CALMANN LÉVY

     

    "Je m'exprime comme une vieille, je vis comme une vieille, je ne discute qu'avec des vieux.

    Je suis vieille.

    Vieille et seule, voilà le résumé de ma vie".

     

    C'est ainsi que s'exprime Romane, 39 ans, médecin généraliste à Paris, en proie à de multiples angoisses et paniques.

    Lorsqu'une de ses patientes affirme l'avoir vue à l'hôpital à Marseille au service pneumologie, une perruque rousse sur la tête, en quelques secondes, sa vie bascule.

    Très intriguée, Romane effectue des recherches sur internet pour en savoir plus sur cette autre femme qui lui ressemble tant.

    Une gémellité cachée par qui et pourquoi?

    La découverte et la révélation de ce secret de famille apporte une grande joie mais aussi provoque un véritable cataclysme dans la vie des jumelles.

    Porteurs d'un passé occulté, les secrets de famille et les mensonges sont un poison insidieux.

    Ils deviennent les non-dits, maîtres silencieux des destins.

    Une histoire douloureuse menée avec brio par la plume sensible et délicate de Julien Sandrel

    et dont le final offre une porte de sortie "qui boucle la boucle".

    L'auteur signe ici un deuxième roman d'excellente qualité.

    Une belle lecture, addictive et très émouvante servie par des personnages attachants et inoubliables.

     

     

    NetgalleyFrance

     

     

     

     

     




    votre commentaire
  • Editions Préludes

    à paraître le 24 avril

     

     

    Bolormaa est une jeune fille Mongole qui vit avec sa famille en pleine harmonie avec la nature et les troupeaux de chèvres dont ils tirent la précieuse laine de cachemire.

    Dans ce grand pays aux horizons de steppes infinies et aux paysages époustouflants, ce mode de vie nomade provoque un sentiment de liberté apaisant.

    Bolormaa vit dans une yourte, l'habitation familiale considérée comme un lieu sacré et fortement ritualisé.

    Un art de vivre comme l'ont fait avant elle son père, son grand-père et tous ses ancêtres.

    Mais aujourd'hui, ces traditions ancestrales sont fortement remises en causes et empreintes de contraintes multiples.

    La dureté de la nature ne fait pas de cadeaux. Les étés caniculaires et le "dzud", vague de froid extrême, ont décimé des troupeaux entiers.

    Cette tragédie les oblige à vendre leurs animaux survivants et à émigrer vers les centres urbains.

    La vie de Bolormaa ne sera plus jamais la même.

    Le chemin sera long, difficile, semé d'embûches et de souffrances mais aussi fait de magnifiques rencontres humaines qui la changeront pour toujours.

     

    "Les événements fortuits deviennent les indicateurs de forces amies qui se tiennent à tes cotés et des appuis sûrs qu'elles te procureront". 

     

    C’est l’histoire d’une peau. Blasée des matières fades, rêches et artificielles, cette peau intransigeante est partie en quête d’originalité. Une envie de nouveauté, de nouvelles émotions, de sensations, de force, d'éclat et d'intensité.

    En un mot, une matière nouvelle. Mais pas un tissu de plaisanterie, une boucle faite de fils moelleux entrelacés, enroulés entre eux; un cachemire authentique, naturel, caressant comme le vent, comme une étreinte.

    Il a fallu du temps, beaucoup de temps à cette peau pour enfin trouver cet idéal. Et, au premier toucher, ils se sont reconnus.

    La rencontre a eu lieu. C’est aujourd'hui. C’est maintenant.

     

    Il était une fois une peau… Rouge cachemire.

     

     

     

    #netgalleyfrance


    votre commentaire
  •                                              Les gratitudes Delpine de Vigan

    Les gratitudes Delphine de Vigan

    Editions JCLattès

     

    Parce qu'elle ne peut plus rester seule chez elle, et atteinte d'aphasie, Michka est placée dans un EHPAD.

    C'est une étape difficile à vivre du fait des nombreux deuils qu'elle a à faire (deuil de son autonomie, de son indépendance, de sa santé et de sa maison).

    Soutenue par Marie, une jeune femme très proche d'elle, sa fille de coeur et Jérôme, un orthophoniste, la vieille dame vit son angoissant dernier parcours.

    Alternant rêves, cauchemars et réalité, Michka comprend bien qu'elle perd inexorablement ses mots et donc l'usage de la parole.

    Marie raconte également comment Michka l'a sauvée mais qui sauvera Michka?

    Cette dernière ne lâche rien et pour être en paix avec elle-même, il lui faudra réaliser son dernier souhait.

     

    Cette femme est accompagnée avec beaucoup de douceur, de précautions et de bienveillance.

    C'est un livre très émouvant, écrit avec beaucoup de sensibilité et malgré tout, et heureusement, lorsque Michka mélange ses mots, on ne peut s'empêcher de sourire.

     

    "Vieillir, c'est apprendre à perdre

    ça commence par des petites choses et puis ça s'accélère".

    ¨Parfois, il faut assumer le vide laissé par la perte. Renoncer à faire diversion. Accepter qu'il n'y a plus rien à dire".

     

     

    #netgalleyfrance


    votre commentaire
  •  

    Deux albums pour les petits

      Bzzz!

     Delphine  Chedru

     Editions Nathan

     Dès 2 ans

     

    La petite abeille cherche une jolie fleur à butiner.

    L'enfant la suit et découvre à chaque page un trou de plus en plus petit et un animal.

     

                        Pour les petits

     

     Pour les petits

     

    Un livre-objet, solide, à regarder, à toucher, avec des couleurs vives et...des trous.

    Ce livre raconte une histoire simple et permet d'interagir avec l'enfant.

    Un livre à trou revisité par une illustratrice de renom, Delphine Chedru.

     

     

    Pour les petits

    Félix le chien

    Blanca Lacasa Gomez

    Album Nathan

    Dès 3 ans

     

    Félix ne se comporte pas comme un chien.

    Pour les petits

    Il ne court pas après la balle, n'aboie pas, ne tire pas la langue quand il est fatigué.

    Son attitude inquiète Max, son maître, qui un soir décide de suivre Félix...

    Quelles découvertes va t-il donc bien faire?

     

    Un album tout en douceur, illustré avec beaucoup d'humour, qui raconte une histoire sur la différence et l'acceptation de soi et de l'autre.

     

     


    votre commentaire
  •  

    Les îles aux pins  Marion Poschmann

    Editions Stock

    Collection La Cosmopolite

     

    Gilbert Silvester a rêvé que sa femme le trompait et c'est sur ce faux prétexte qu'il décide

    alors de s'envoler pour le Japon.

    Gilbert Silvester est un universitaire allemand, un modeste chercheur, barbologue,

    professionnellement largué,

    "contraint d'exécuter des travaux stupides et médiocrement rémunérés, qui lui étaient dictés par des gens qu'il méprisait du fond du coeur".

     

    Et à présent, il se voyait forcer par sa propre femme à se rendre au Japon!

     

    Du temps des samouraïs, ce pays reléguait ses intellectuels indésirables sur des îles lointaines, ou bien les forçait à faire seppuku, une forme barbare de suicide. Au point où il en était, il avait bien choisi sa destination”. 

     

    Arrivé sur place, inspiré par les récits de voyage du poète Japonais Matsuo Bashō et

    accompagné par Yuso, un étudiant suicidaire, il entreprend un pèlerinage, un voyage de

    nettoyage spirituel, qui peut-être lui rendra la raison.

     

    Il décide d'aller admirer la lune au-dessus des Iles aux Pins de Matsushima, un lieu

    prédestiné aux poèmes .

     

    Le Japon étant connu pour ses saisons très marquées et une culture où la nature est

    centrale, rien d’étonnant à ce que les passages entre saisons inspirent littérature et

    poésie.

     

    Les haïkus en sont le plus bel exemple.

     

    Selon les paroles de Bashō, un bon poème est un poème qui est capable de capter

    l’essence d’un moment, d’un instant de temps parmi tant d’autres, de notre âme et de la

    nature.

     

     Les étapes de leur périple les entraînent au pied du Mont Fuji, l'emblême du Japon, dans

    la Forêt d'Aokigahara, réputée pour être le théâtre funeste de nombreux suicides de

    Japonais et donc véritable capharnaüm de rubans et de cordes colorés.

     

    Ultime station de ce pèlerinage et but de leurs pérégrinations, les Iles aux Pins de

    Matsushima est sans conteste l’un des plus précieux trésors de la région. L’endroit se

     trouve être une baie dans laquelle sont disséminés environs 250 à 260 îles et îlots.

    Ces derniers sont couverts de pins, sculptés par les vents.

     

     Et au Japon, le pin passe pour être le lieu de la manifestation du divin.

     

    Entre chien et loup

    îles baignées par les vagues

    bruissement des pins”

     

     En accomplissant ces longues marches, ces chemins de transformation, Gilbert Silvester contemple un paysage absolument magnifique et dépaysant, découvre la tradition de la poésie japonaise et vit des rencontres mystiques.

     Face à ces pins majestueux, Gilbert Silvester devra désormais se montrer à leur hauteur et acquérir

    “une image de la sérénité de l'esprit face au flot éphémère des choses”.

     

    Un livre étonnant, qui peut dérouter mais dans lequel je me suis plongée naturellement, sans méfiance, sans préjugés.

     

    Il faut vraiment se laisser porter par les émotions, (elles sont nombreuses dans la Forêt des suicidés), imaginer les magnifiques paysages, rire des situations cocasses et absurdes et se laisser emporter par la poésie et la mélancolie.

     

    Je dois avouer que moi aussi, j'irai volontiers sur les traces de Matsuo Bashō et Gilbert Silvester à la découverte du Pays du Soleil-Levant.

     

     

    Merci aux éditions Stock de m'avoir permis de découvrir ce roman

    #NetGalleyFrance.

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires