•  

    Jeudi soir à l'Olympia, après plus de trois quarts d'heure de retard, Madonna entre enfin en scène devant 2700 spectateurs qui n'attendaient que la diva de la pop. Les organisateurs avaient prévenu: "C'est un vrai challenge. Ce sera la course tout autant après le concert. Nous aurons cinq heures pour tout démonter et laisser le champ libre à l'équipe de ZZ Top qui se produira vendredi soir." 

     

    Lorsqu'elle  quitte la scène, au bout de 45 minutes, après sa dernière chanson «Je t'aime moi non plus» de , les fans  applaudissent à tout rompre.

    Mais voyant que Madonna ne revient pas et alors que la lumière s'est rallumée pour laisser les techniciens démonter les équipements, beaucoup sont restés interdits, et d'autres se sont mis à protester en criant :

     

    "Remboursez!", "Shame on you!"

     et des insultes fusent de toutes parts...

     

     

     «Seulement 45 minutes et 200 euros le billet !»

     

     

     

     

     
     

    Le clan de Madonna s’est défendu via un communiqué de son attachée de presse, Liz Rosenberg, face aux critiques acerbes dont la star a été victime après son concert à l’Olympia de Paris jeudi.

     

    Les fans avaient copieusement hué Madonna pour n’avoir offert que 45 minutes de spectacle alors que des billets coûtaient entre 90 et 290 euros. La qualité du concert n’a par contre pas été remise en cause.

     

    «Il n’a jamais été question d’un concert de plus de 45 minutes», a ainsi rétorqué Liz Rosenberg vendredi. «Le show n’a pas été présenté comme un concert complet de la tournée MDNA. Madonna avait fait quelques dates dans des petites salles par le passé et cela n’avait jamais duré plus de 45 minutes.» Et d’ajouter: «Des efforts considérables ont été faits pour que le prix des billets reste acceptable. Le spectacle a coûté près d’un million de dollars à Madonna.»

     

    Des excuses inutiles à en croire TMZ.com qui affirme que la pagaille a en réalité été semée par un petit groupe venu exprès pour saboter le show. C’est eux qui auraient commencé à hurler «Remboursez!» entraînant les autres naïvement dans leur sillage. Pourtant, selon le site 7sur7.be, chez Live Nation, producteur du show, les e-mails de réclamations arrivent par centaines.

     

    timthumb.php

    votre commentaire
  • Le Poète: Bien sûr j'ai tort disait le monde
    Puisque je n'tourne pas rond
    Je m'croyais tellement fort
    Maintenant je touche le fond
    Et je tourne dans l'univers
    Comme la neige sous le vent
    Et j'attends
    J'attends que les hommes me brisent le cœur
    Que leur folie explose
    Qu'ils fassent la grande erreur
    La dernière overdose
    Mais moi je tourne dans l'univers
    Comme la neige sous le vent
    En attendant...


    Juliette: Toi qui peux faire parler la terre
    Toi qui connais si bien les mots
    Dis-moi poète à quoi ça sert
    Un jour de plus sans Roméo

    Moi je me fous de l'univers
    Car ce soir, j'aime un homme
    Parler du monde et ses mystères
    Parler de tout c'est parler trop
    Dis-moi poète à quoi ça sert
    Un jour de plus sans Roméo
    Moi je me fous des maux du monde
    Car ce soir j'aime un homme {x2}

    Et que Dieu me pardonne si je trahis mon père
    Et que Dieu m'abandonne je n'crains pas sa colère
    Car ce soir j'aime un homme

    Alors tu vois poète
    Le monde ce soir je m'en fous
    Car ce soir j'aime un homme

     

    5867692584055765156mfpLssJ1

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    599784_403843433008304_868728675_n
     
     
     
     
    428805_409545455747990_1665316367_n
     
     
     
     
    chat hérissé!
     
     
     
     
    chaton-qui-court
     
     
     
     
     
     
     

    Les Chats

     

    Les amoureux fervents et les savants austères
    Aiment également, dans leur mûre saison,
    Les chats puissants et doux, orgueil de la maison,
    Qui comme eux sont frileux et comme eux sédentaires

    Amis de la science et de la volupté
    Ils cherchent le silence et l'horreur des ténèbres;
    L'Erèbe les eût pris pour ses coursiers funèbres,
    S'ils pouvaient au servage incliner leur fierté.

    Ils prennent en songeant les nobles attitudes
    Des grands sphinx allongés au fond des solitudes,
    Qui semblent s'endormir dans un rêve sans fin;

    Leurs reins féconds sont plein d'étincelles magiques
    Et des parcelles d'or, ainsi qu'un sable fin,
    Etoilent vaguement leurs prunelles mystiques.

     

    Baudelaire, Les fleurs du mal

     
     
     
     

    votre commentaire
  • ""Quand l’abeille meurt, l’environnement est vraiment en danger. "


    votre commentaire
  • 9782358510776
     
     
     
    Un magnifique album de Benjamin CHAUD,
    aux Editions Hélium
    paru fin 2011
     
    Papa ours s'apprête à hiberner mais une petite abeille vient contrarier ses plans.
    Qui dit abeille, dit miel, Petit ours le sait bien et hop hop hop décide de la suivre!
     
    Et voilà Papa ours obligé de poursuivre petit ours qui lui-même poursuit la petite abeille!
     
    Une course poursuite qui entrainera nos deux amis ,de la forêt à la ville et plus précisément sur les toits de l'Opéra Garnier!
     
     
    74433755
     
     
     
     
    9782358510776_pg
     
     
     
     

    Finalement, en plus du joli récit de ce papa ours qui court à la suite de son petit ours, cette histoire se présente sous la forme d'un Où est Charlie pour les plus petits qui cherchent, à chaque page, où se cache le fuyard et sa petite abeille. A eux d'aider papa ours à retrouver son petit parmi toutes les fausses pistes que leur tend l'illustrateur!

    Succés garanti chez les petits comme chez les grands tant les illustrations de Benjamin Chaud sont riches et permettent d'échafauder d'autres histoires au fil de la lecture. On passe facilement plusieurs minutes à observer chaque double page pour explorer cette jungle urbaine aux détails parfois cocasses.

     

     

     

     

    Des ruches sur l'Opéra Garnier?

    Eh bien OUI!

     

     

     

    A_ParissBees01Abeille

     

    Paris, opéra Garnier. Jean Paucton, 76 ans, a installé ses ruches il y a vingt ans sur le toit de l’Opéra, par hasard.
    Accessoiriste, il suit les cours d’apiculture à la Société Centrale au jardin du Luxembourg. Entre Paris et la Creuse, il ne sait que faire d’une ruche offerte par un ami. C’est le pompier de l’opéra, qui lui-même élevait des poissons dans la réserve d’eau souterraine qui donne l’idée de poser ses abeilles sur les toits de Garnier.

     

    A_ParissBees03Abeille

    « En apiculture urbaine, l’élevage des abeilles est plus facile parce que, d’une part la température est plus douce à Paris, d’environ 3°C, ce qui leur permet de sortir davantage. Et que, d’autre part la flore est très diversifiée : tilleuls, marronniers… »

     


    votre commentaire